L’amour, c’est comme une association de cultures (presque)

Temps de lecture – 3 min

Il y a deux ans, j’ai préparé un discours pour le mariage de deux amis. Je devais parler d’amour, c’est communément ce qu’on fait dans un mariage. D’amour, d’amitié et de liens indéfectibles. A la place, j’ai choisi de leur parler d’association de cultures en Amérique du Sud.

En Amérique du Sud donc, l’association de cultures traditionnelle s’appelle la Milpa : elle combine courge, maïs et haricot grimpant. Et ce n’est pas seulement parce que les trois combinés permettent de se faire un taco très convenable qu’on a décidé de les planter ensemble. Non. En fait, cette association de cultures nous parle du couple, du moins tel qu’on le conçoit dans nos cultures monogames.

Je m’explique…

D’abord, on plante un maïs. Un petit plant à la tige déjà robuste qui se tient bien droit dans la terre. A côté de ce petit plant, on enterre quelques graines de haricots grimpants. L’une d’elles trouvera bien son chemin vers la lumière et – lorsqu’elle aura germé – fera ce que les haricots grimpants savent faire de mieux : grimper. Comme la tête d’un haricot grimpant est bien faite, elle trouvera tout de suite, à portée de rame, la tige de notre fameux maïs. Et voilà notre haricot qui s’amarre et s’élève vers les sommets. Le maïs quant à lui ne se contente pas de soutenir à bras le corps ce tendre haricot. Il bénéficie pleinement d’une caractéristique essentielle de cette légumineuse : le haricot fixe l’azote dans le sol via ses nodules, petites boules visibles sur ses racines. Or, le maïs est très friand d’azote et va grandir bien plus vite grâce à cet apport bienvenu. Voilà pour la première danse.

Et la courge dans tout ça ? En Amérique du Sud, il fait terriblement chaud. Alors notre maïs et notre haricot risquent de manquer d’eau. Heureusement, il y a la courge, plantée judicieusement juste à leurs côtés : ses grandes feuilles protectrices viennent couvrir le sol alentour, assurant ainsi un paillage naturel qui préviendra l’évaporation de l’eau et le développement de végétaux spontanés. Les quelques épines de la courge permettent également de préserver notre couple maïs-haricot des attaques d’herbivores. Un parasol de choix en définitive qui se trouve adorer l’azote lui aussi. Décidément, tout le monde est content.

Les_trois_soeurs-The-three-sisters

D’accord mais quel est le rapport avec le couple ?

Ce que j’essaie de dire, c’est que quand on décide de faire sa vie avec quelqu’un, on signe en fait le pacte du haricot et du maïs : l’un soutient l’autre et l’aide à grandir, l’autre nourrit le premier et s’assure de son épanouissement. Leurs points forts diffèrent et c’est pour cela qu’ils sont complémentaires et se marient si bien. Je vous laisse décliner à l’envi les parallèles possibles avec des comportements humains. A vous de vous mettre d’accord par la suite sur qui fait le haricot, qui fait le maïs. Vous pouvez même décider d’être l’un et l’autre à tour de rôle. Après tout, c’est votre couple hein, c’est vous qui voyez.

Et la courge ?

Regardez bien : les courges sont tout autour de vous. Ce sont vos amis, votre famille, tous ceux qui vous couvent, s’assurent de votre bien-être et vous protègent des herbivores. Ou savent simplement être là quand le soleil tape trop fort. Alors ne leur dites pas forcement comme ça, « Tu sais, tu es vraiment une courge exceptionnelle. » Mais gardez le dans un coin de votre tête.

Il se trouve que les amis pour qui j’ai écrit ce discours sont parmi les plus robustes haricots et maïs que je connaisse. Et j’essaye d’être leur courge, à ma façon. On est tous, à tour de rôle dans nos vies, tantôt maïs, tantôt haricot, tantôt courge. Et chacun se découvre plus ou moins à son aise dans chacune de ces fonctions : soutenir, nourrir, protéger.

Choisissez les associations qui vous vont bien et, comme dirait le philosophe, soyez la courge que vous voulez voir dans le monde.

28379393_154671575243337_2629459742268751614_n
© Léonard Déage

Pour approfondir : 

Un article très complet sur la Milpa

Où est-ce que j’ai appris tout ça ? Et bien dans un stage d’introduction au potager agroécologique avec l’association Terre & Humanisme pardi !


Pour en savoir plus sur l’auteure, c’est ici.

Cet article vous a plu ? Vous pouvez être averti des futures parutions en vous abonnant au blog via le menu déroulant de la page d’accueil. Je suis également sur facebook et sur instagram !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s