Plaidoyer contre le narcissisme des petites différences

Temps de lecture – 6 min

Nous sommes environ 7,5 milliards d’insupportables Homo Sapiens sur Terre. Disons que la taille moyenne de cet insupportable Homo Sapiens est de 170cm. Rappelons que la distance de l’extrémité d’une main à une autre quand on se tient les bras en croix est grosso modo égale à la hauteur totale de l’individu. La circonférence de la Terre est de 40 075km. Si nous décidions tous ensemble, maintenant, de nous donner la main en gardant les bras tendus, on obtiendrait une ronde de 1 275 000 km, soit 318 fois la circonférence de la Terre.

Forts de ce constat, rendons nous à l’évidence : si tous les gars du Monde devaient se donner la main, on ferait en réalité plus de trois cents rondes autour du Monde.

Une preuve supplémentaire qu’on nous a raconté absolument n’importe quoi en maternelle, profitant de notre méconnaissance des tables de multiplication. Et il y a autre chose qu’on a oublié de nous expliquer en maternelle, quelque chose qui nous pourrit la vie au quotidien et qui constitue la raison pour laquelle – outre les évidents problèmes logistiques liés à la distribution de solution hydro-alcoolique pour organiser proprement ce rassemblement d’ampleur – on ne fera en réalité jamais ni une, ni deux, ni trois cents rondes autour du Monde : j’ai nommé, le narcissisme des petites différences.

Egalement appelé « hostilité horizontale », le narcissisme des petites différences est ce qui explique…

…la gueguerre des Flamands contre les Wallons

…la non-alliance de Hamon et Mélenchon en 2017

…la détestation de Robert le fermier pour son voisin Pascal qui fait brouter ses vaches dans la même vallée

…la rivalité entre l’Italie du Sud et celle du Nord

…les Alsaciens qui prennent les Vosgiens de haut

..la CGT, la CFDT

…les Vosgiens qui prennent les Alsaciens pour des frustrés

…la rive droite qui refuse de traverser la Seine

…votre exaspération larvée envers Pierre, le mec de la compta qui s’est positionné sur le même créneau humoristique cynico-absurde que vous (en plus de vous avoir piqué votre agrafeuse)

…ce type qui vous agace parce qu’il aime un groupe que vous avez découvert avant lui il y a 3 semaines

…les végétariens, les flexitariens, les ovo-végétariens, les week day vegans, les végétaliens, les réductariens, les oui-mais-sans-présure-lacto-végétariens

La narcissisme des petites différences, c’est ce petit rien qui nous rend tous très nuls au quotidien, sur le court terme mais surtout sur le long. Il fait capoter les projets de groupe, il est responsable des échecs politiques, des conflits en tout genre et pire que tout, de notre incapacité à nous rassembler une bonne fois pour toutes pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes collectivement confrontés.

Le narcissisme des petites différences est un échec cuisant, pour l’individu comme pour l’intelligence collective.

C’est l’ami Freud – qui a dit quelques énormités, j’en conviens sans problème mais si vous lisez cet article jusqu’au bout, vous apprécierez normalement plus sereinement certains aspects de la pensée de quelqu’un même si vous n’embrassez pas l’intégralité de tout ce qu’il ou elle raconte – qui a théorisé cette notion. On la retrouve dans plusieurs de ses ouvrages. Il l’explique comme tel :

«  L’intolérance des masses se manifeste curieusement à l’égard des petites différences plus fortement qu’à l’égard des différences fondamentales. » – Freud

Il s’agit évidemment d’un problème d’égo. Nous y retrouvons la marque de ces haines inexplicables entre personnes, groupes ou collectivités « proches et largement semblables, mais qui éprouvent le besoin narcissique de surinvestir leur différence ». Craignant d’être dilué dans les autres, de disparaître dans les limbes de la norme sans relief pour être finalement englouti par l’indifférence. Tout simplement.

Sophie de Mijolla-Mellor – philosophe et psychanalyste – explique ainsi que la similitude fait peur car elle représente le danger de la perte d’identité. Et finalement, nous avons insidieusement renversé le précepte « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse » en un « Fais-le à autrui avant qu’il ne te le fasse. »

Au-delà de ce combat personnel inopportun, nous cultivons via l’hostilité horizontale ce fameux « penchant à l’agression par lequel la cohésion de la communauté est plus facilement assurée à ses membres ».

J’atteins de ce pas le point Godwin, comme ça ce sera réglé : le Nazisme a évidemment largement instrumentalisé cette forme de narcissisme pour générer à foison ennemis en tout genre, à poils, à plumes, à rayures…

Pourquoi entamer ce travail d’écriture par un plein phare sur cette notion ?

Je fais du théâtre depuis plusieurs années. C’est une activité indissociable de l’égo, de l’expression de soi et plus spécifiquement de sa singularité. Et dans ses mauvais aspects, de la recherche maladroite de reconnaissance, de la volonté de se mettre en avant, souvent aux détriments des autres comédiens. Le théâtre est un terreau très fertile pour l’hostilité horizontale.

Récemment, je suis allée voir une amie jouer dans un orchestre symphonique. Ils formaient tous une belle harmonie, habillés en noir et blanc. Sobres, presque effacés. Personne n’est indispensable et tout le monde l’est. Comme me disait cette amie en sortant, « on doit tous donner le maximum individuellement tout en sachant que personne ne le remarquera ». Je ne me souviens d’aucun d’entre eux en particulier mais j’ai adoré l’Ouverture Cubaine de Gershwin. L’orchestre symphonique, c’est le triomphe de l’intelligence collective sur l’ego.

Ces dernières années, j’ai beaucoup fouiné, cherché, retourné. Je me suis notamment intéressée à l’Agroécologie. J’ai commencé à rejoindre des forums, des groupes facebook, j’ai beaucoup lu et écouté en essayant de trier et de faire les choses correctement. Et j’ai constaté qu’il était compliqué d’acquérir le sentiment d’avancer dans la bonne direction puisque, systématiquement, les protagonistes rassemblés autour d’un sujet se mettent sur la tronche bien plus rapidement qu’une voiture à pédales lancée sur la face nord du Mont Blanc. Les adeptes de la Permaculture font la leçon aux détenteurs de l’Agroécologie, ceux qui identifient des plantes se tirent la bourre sur les noms latins, ceux qui font du zéro-déchet te cassent les pieds avec ton Sopalin alors que tu essaies d’acheter ta nourriture en vrac.

« Pierre Rabhi, c’est un pseudo gourou médiatique et il parait qu’il mange les enfants. »

« Nicolas Hulot, c’est un faux cul et puis j’aime pas sa coupe de cheveux. »

« Les bobos qui font le tour du Monde des alternatives sont des tocards illuminés, moi je suis bien mieux dans mon potager. »

« Ah toi tu cultives sur buttes ? Non mais tu sais, tu manipules beaucoup trop le sol là, les lombrics ils savent plus où ils habitent avec toi. »

« Le film Demain apporte des solutions beaucoup trop molles, maintenant il faut y aller au lance-flamme, point final. »

« Quoi, tu vas à la Ruche qui dit Oui ? Mais punaise, tu sais que c’est ce moldu de Xavier Niel qui les finance ces gens là ? »

« T’as mis du paquet cadeau autour de mon cadeau ? Ah bah bravo, quand je pense à l’arbre qui a souffert pour cet emballage, franchement ça me fout les poils. Mais merci quand-même hein. »

C’est toujours trop, ou pas assez, ou mollement abouti, c’est pas comme ça qu’il faut faire.

A force d’essayer de trouver ta solution, tu en viens à te demander si tu n’es pas plutôt en train d’aggraver le problème. Quand tu es citadin et que tu t’intéresses à l’agriculture, les agriculteurs historiques te regardent avec méfiance. La Confédération Paysanne – où l’on retrouve  beaucoup de néo-ruraux et bien sûr José – regarde en chien de faïence la FNSEA. Pourtant, au-delà d’énormes divergences de fond, les problématiques de tous ces gens sont les mêmes : s’en sortir, ne pas se faire écraser, ne pas disparaitre purement et simplement.

Les bonnes volontés sont claquemurées, les problèmes prolifèrent. Bravo à toute l’équipe.

*Musique au piano* Alors, plutôt que de faire obstacle à l’identification mutuelle, pourquoi ne pas se concentrer une bonne fois pour toute sur ce que nous avons en commun, ce qui nous rassemble, ce qui nous motive, ceux qui nous donnent envie d’avancer ? *Fin de la musique au piano*

Quelques pistes de travail…

…Ne pas viser le sans faute tout de suite, accepter les errances, même si le temps presse

…S’auto-observer et flairer notre volonté d’exister dans notre façon de reprendre une personne dont nous sommes pourtant « philosophiquement » proches

…Revenir toujours à l’objectif premier et commun quand on se perd dans la couleur des tentures et l’emplacement du lit

…Accueillir la parole des néophytes : leurs remarques incongrues et leurs questions naïves sont pleines d’une sorte de poésie

Regardant la montagne à 4h30 du matin, pensive et rêveuse…

« Il est à personne le terrain là-bas ? »

« Non, ça n’existe pas un terrain qui est à personne, Madeleine. C’est bien une question de citadin ça. »

Il ne s’agit pas d’enterrer l’égo, évidemment non, c’est un moteur essentiel dans ce que nous entreprenons, en particulier dans le militantisme. Il ne s’agit pas non plus de ne plus rien se dire de pertinent ou d’important quand nous sommes en désaccord. Mais rappelons nous tout de même, et le plus souvent possible, que des petits compromis sortent les grandes solutions.

Home work : réfléchissez à un sujet sur lequel vous ressentez régulièrement de l’hostilité horizontale (et postez le en commentaire si ça vous dit qu’on y réfléchisse).

En bonus, une vidéo de « c’est pas sorcier » pour calculer la circonférence de la terre 

Sources : http://www.cairn.info/revue-topique-2012-4-page-37.html

A propos de l’auteure

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous pour recevoir les prochains ou suivez moi sur facebook et instagram !

2 commentaires sur “Plaidoyer contre le narcissisme des petites différences

  1. Bien dit Maddie!
    Ce sentiment de vouloir s’affirmer en émettant systématiquement un regard critique est profondément déconcertant. Ce n’est pas constructif. À force de dénoncer un beniouiouisme on en prône un négativisme sclérosant. J’observe comme toi que le milieu alternatif est très fort pour les querelles de chapelles…
    Continue je sens que je vais adorer te lire 😉

    J'aime

  2. Salut Mad, très bon article !
    Je dirai à mon ego de se calmer grave la prochaine fois que mon « esprit de contradiction » fera inutilement des siennes…
    Bravo en tout cas, hâte de lire les prochaines sujets!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s